Opportunités d’investissements

  1. L’état critique des stocks halieutiques marins et continentaux, l’absence à court terme de disponibilités en protéines animales de substitution,
  2. L’existence d’un réseau hydrographique relativement important, composé d’une part d’un grand plan d’eau douce constitué par le Fleuve Sénégal (1800 km) et d’autre part, de plans d’eau saumâtres constitués par les fleuves Casamance, Sine Saloum et Gambie. Tous ces fleuves drainent de nombreux affluents auxquels s’ajoutent des plans d’eaux intérieures naturellement constituées dont le Lac de Guiers, la vallée du Ferlo, la rivière du Kayanka avec l’Anambé etc,
  3. Il existe également un important programme national de réalisation de bassins de rétention d’eaux pluviales dont plusieurs sont fonctionnelles. L’ensemble des eaux continentales couvre une superficie de 77 000 km2 dont 70 % se trouve en territoire sénégalais.

On estime que la moitié de cette surface aquatique du pays est favorable à l’aquaculture.

  1. Plan d’eau de qualité, indemne de pollution,
  2. Relief non accidenté et apte à l’aquaculture,
  3. Population consommatrice de beaucoup de poissons.